Le syndrome de Maigne ou sydrome de la charnière dorso-lombaire

Classé dans : Le saviez vous ? | 0

Pourquoi Syndrome de Maigne, petit point historique ?

C’est tout simplement et comme souvent, le nom de la première personne l’ayant découvert et décrit, en 1972. Ici c’est le DR  Robert MAIGNE, médecin orthopédiste, qui est entre autre à l’origine du concept de Dérangement Intervertébral Mineur (DIM).

Pendant ses travaux sur le syndrome de Maigne, il a montré l’existence et la fréquence des douleurs projetées de la charnière dorso-lombaire provoquant des symptômes trompeurs.

Ça veut dire quoi ce charabia? globalement, il a expliqué pourquoi des douleurs souvent localisées en bas du dos ou dans l’aine…etc sont le résultat d’un dérangement intervertébral (appelé en ostéopathie dysfonction articulaire), et a donc trouvé la cause de la symptomatologie de nombreuses personnes (surtout des femmes) inexpliquée jusqu’alors.

Le syndrome de Maigne, qu’est ce que c’est ?

 

Rappel Anatomique:

Il est préférable, avant d’entrer dans le vif du sujet, de faire un bref rappel anatomique sur la colonne vertébrale.  Rien de mieux qu’un schéma pour illustrer tout cela.

Ce schéma montre une colonne lombaire de profil, vous avez en bas le bassin et en haut la dernière thoracique (T12).

Légende:

Blanc: vertèbres formant un ensemble osseux permettant les mouvements

Nacre: disque intervertébraux, rôle de répartition des pressions et permet également les mouvements

Jaune: nerfs provenant de la moelle épinière. Les nerfs sont directement incriminés dans le syndrome de Maigne. Ils assurent la transmission des messages nerveux dans le corps qu’elle soit sensitive (peau…) et/ou motrice (muscles)

origine-vertebrale-syndrome-de-maigne

Définition :

Ce sont des douleurs dues à l’irritation de nerfs au niveau de la zone dorso-lombaire (zone entre la partie haute du dos (bombée) et la partie basse (creusée). Le syndrome de Maigne intervient généralement lors de l’irritation des nerfs émergeant au niveau de T12 (dernière vertèbre thoracique) et L1 (première vertèbre lombaire). Il est à noté qu’il peut aussi se produire aux niveaux supérieurs ou inférieurs.

Pourquoi cela arrive t’il au niveau de la charnière dorso-lombaire?

Cette zone est une zone de changement de mobilité. En effet, la colonne dorsale (en haut) est très mobile en flexion, extension, inclinaison et surtout rotation. Contrairement à la colonne lombaire (en bas) qui est elle très peu mobile en rotation, donc la charnière dorso-lombaire sera très sollicitée.

Cette sur-sollicitation est physiologique, mais lorsque se rajoute soit :

– Un dérangement intervertébral mineur

– De l’arthrose sur les articulaires postérieurs

– Une pathologie discale

Cela peut aboutir à une irritation nerveuse et donc provoquer un syndrome de Maigne.

Symptomatologie du syndrome de Maigne :

Comme vous devez vous en douter, le syndrome de Maigne affecte différentes parties du corps en fonction des branches nerveuses touchées. Ce schéma montre un exemple assez classique de ce syndrome. Vous avez en noir les zones douloureuses en fonction de la banche nerveuse irritée, on parle ici de douleurs projetés car elles ne se situent pas au niveau de la zone touchée. Le plus souvent il y a  une douleur au niveau de la région lombaire inférieure, sacrum, partie supérieure des fesses, pli de l’aine, hanche et la face externe de la cuisse ainsi que des lombalgies.
Ce symptôme simule également des douleurs viscérales, urologiques et gynécologiques.

Il est à noter que les douleurs seront généralement unilatérales.

douleurs-projetées-syndrome-de-maigne

 

ON RECAPITULE LES SYMPTOMES : (ils peuvent être isolés ou associés)

    • Lombalgie ressentie dans la région lombo-sacrée (entre le dos et les fesses) ou sacro-iliaque.
    • Douleur de hanche à la face externe de la cuisse ou même dans l’aine.
    • Pubalgie (souvent très gênante pour les sportifs).
    • Des douleurs pseudo-viscérales: plutôt digestif bas, proche du pubis ou inguinal. Possibilité d’entrainer des douleurs au niveau des organes génitaux externes.
    • Des troubles fonctionnels, comme des ballonnements, constipation, pollakiurie

 

La cause ?

Je ne ferai que citer le DR Robert Maigne « Le schéma est peut-être celui-ci : un faux mouvement, une mauvaise position, entraînent un segment vertébral dans une position extrême provoquant la douleur d’un de ses éléments, l’articulation postérieure sans doute le plus souvent, ce qui déclenche une contracture des muscles profonds, les rotateurs notamment, établissant un circuit parasite dans le programme harmonieux du fonctionnement arthromusculaire. »

 

Comment faire le diagnostic de ce syndrome ?

Surtout fait par l’examen clinique car des lésions seront rarement visibles en imagerie (radio,IRM…) Le médecin fera donc une cartographie de vos douleurs par la palpation et le pincer-rouler. Il recherchera une douleur (inconstante) au niveau de la jonction dorso-lombaire par une pression axiale sur l’épineuse et sur le ligament interépineux. Mais également les douleurs référées citées plus haut (on en remet une couche):

  • Infiltrats cellulalgiques dans la région lombaire inférieure, fessière supérieure pouvant aller à la partie supéro-interne de la cuisse, la région trochantérienne et jusqu’à la face externe de la cuisse ainsi que la région abdominale inférieure.
  • Des cordons myalgies surtout au niveau des droits de l’abdomens, oblique carré des lombes
  • Une douleur hémi-pubienne
  • Une douleur sur les pointes de crête.

Quels sont les traitements et l’intérêt de l’ostéopathie ?

Votre médecin vous prescrira certainement des anti-inflammatoires en injection au niveau de la zone. Ces injections vont permettre de soulager immédiatement les douleurs mais sur une période certainement limitée si rien n’est fait sur la cause.

De la kinésithérapie pourra aussi être proposée.

Mais le meilleur traitement de ce syndrome, si la cause est due à un DIM (dérangement vertébral mineur), reste la mobilisation de la ou les vertèbres concernées par votre ostéopathe.

Les conseils de l’ostéo:

Faites attention à votre posture au quotidien et au travail.

Une pratique régulière de sport permettra le maintien de la musculature dorsale.

Laissez un commentaire