Le périnée, cet inconnu ? Vu et décrypté par nos ostéopathes !

Classé dans : Le saviez vous ? | 0

Le périnée est lié aux fonctions de reproduction, et constitue le « fondement » du bassin qu’il ferme en bas. Il a été délaissé longtemps par les livres d’anatomie de par sa situation, il est pourtant essentiel dans la posture et le maintien du corps. S’il est relâché, trop peu tonique, lésé, de nombreux désagréments peuvent apparaître. Les femmes, de par leur anatomie, la grossesse et l’accouchement, les expositions hormonales, sont plus à risque de connaître ces désagréments. Cependant les hommes ne sont pas en reste et peuvent aussi rencontrer certains problèmes liés à des lésions de ces muscles.

L’importance du périnée

De par notre nature bipède, notre station debout génère beaucoup plus de contraintes sur les organes qui ont une tendance naturelle, à aller vers le bas, tendance pouvant s’exacerber avec les années, la prise de poids, les accouchements, les dysfonctions ostéopathiques, la posture !

C’est bien pour cela que le terme « plancher pelvien » est encore très usité, cela se réfère évidemment à la solidité et au maintien que celui-ci doit avoir pour soutenir les viscères et aussi assurer les fonctions de continence urinaire et fécale.

perinee-plancher-pelvien

L’espace du périnée se compose d’un losange séparé en deux parties par le muscle transverse superficiel, qui va d’un ischion à l’autre :

– en avant, le périnée antérieur ou superficiel, très peu mobile qui a un rôle dans l’aspect extérieur du périnée, et a un rôle dans la sexualité car il est très innervé.

– Le muscle pubo-rectal, appartient au périnée antérieur et postérieur, va du pubis au coccyx, en passant par les deux côtés de la fente vulvaire. C’est le muscle de la retenue, qui permet la continence. Lorsque les sphincters sont débordés, sa contraction permet de gagner un peu de temps avant de se rendre aux toilettes. Cette contraction tire l’anus vers l’avant et entraîne également le coccyx vers l’avant.

– Le muscle transverse constitue la diagonale horizontale et relie les deux ischions ; il sépare le compartiment urinaire de l’anus et du coccyx. Ce muscle peu mobile a un rôle de stabilisation du bassin et de perception des besoins défécatoires.

– Le périnée profond tapisse les parois latérales des cavités (vagin et rectum). Il est formé de trois muscles qui convergent tous vers le coccyx. Les ilio-coccygiens tapissent la paroi interne du vagin et forment comme un diaphragme qui va soutenir le col de l’utérus. Ces muscles participent au soutien de la vessie, de l’utérus et des intestins.

anatomie-perinee

 

Le bassin : de l’importance d’une bonne mobilité

 

Le bassin constitue le cadre osseux entourant le périnée. Sa mobilité est un élément important pour que la fonction du périnée soit respectée.

– Le coccyx est la petite pièce terminale à la colonne vertébrale, et il est l’amarre de plusieurs muscles du périnée. Il est articulé avec le sacrum et sa mobilité va de l’avant à l’arrière. A la contraction du périnée, le coccyx bascule vers l’avant, comme lorsque l’on retient un besoin. Il peut basculer vers l’arrière, comme lors de la défécation et de l’accouchement. Son amplitude entre ces deux mouvements est très importante, plus de 46 degrés ! La bipédie impose au coccyx un maintien vers l’avant, ceci par un tonus permanent du muscle de la retenue.

– Le sacrum, os triangulaire, est articulé au coccyx mais également aux deux iliaques par des fossettes. Cette articulation est souvent le siège de douleurs dans le bas du dos, celles-ci pouvant évoquer une sciatique, qui sont souvent la traduction d’un problème de mobilité de celle-ci. En effet, le sacrum doit pouvoir basculer en arrière (mouvement de contre-nutation) pour venir en soutien aux muscles de la continence dont nous avons parlé plus haut et « fermer » en bas.

Le sacrum doit pouvoir aussi basculer en avant pour ouvrir en bas, comme lors de la défécation ou de l’accouchement (mouvement de nutation).

Si cette mobilité est entravée, il devient difficile au plancher pelvien de remplir son rôle et son renforcement est vain.

Ainsi muscles et cadre osseux agissent en synergie ! On entend souvent parler du périnée après un premier accouchement ce qui est un peu tard, car il peut être endommagé également par des pratiques sportives où tout est poussé vers le bas (comme dans les abdominaux type crunch).

Diaphragme et périnée

Vous l’avez compris, le plancher pelvien est un sac musculaire qui a un rôle central : soutien des organes, continence, plaisir sexuel,… mais il est également très important dans la posture.

Le plancher pelvien se travaille en synergie avec la respiration, donc avec le diaphragme. D’ailleurs nous autres ostéopathes le nommons aussi « diaphragme pelvien ».

En inspiration, la cage thoracique se remplit, les viscères sont refoulés vers le bas, le périnée se détend et « descend » également sous l’impulsion du diaphragme thoracique.

En expiration, l’air est expulsé de la cage thoracique, le nombril rentre sous l’impulsion des abdominaux profonds, et le périnée « remonte ».

Prendre conscience de son périnée est la première étape pour le mobiliser et préserver ses fonctions vitales : continence, soutien des organes, sexualité. Et ce même hors grossesse pour le maintien du bassin et du dos.

En pratique, il existe des exercices de respiration abdominale simples où l’on va engager le périnée dans des postures adaptées et qui vont constituer une prévention adaptée à la femme. En expirant, le périnée se resserre sous la contraction tandis que les abdominaux soutiennent et remontent les viscères, venant agir en synergie avec le plancher pelvien.

diaphragme-respiration-perinee

Petits trucs simples pour préserver son périnée…

– Le « stop – pipi » est un test et seulement un test. Arrêter le jet d’urine durant la miction doit rester un moyen d’évaluation unique du périnée et non un exercice répété. En clair, le faire une fois de temps en temps pour évaluer mais ne pas en faire un exercice car on risque de dérégler le signal physiologique nerveux.

– Arrêter de pousser vers le bas lors de soulèvements de charge, garder le dos droit, plier les jambes et soulever en expirant et en conscience de « remontée » !

– Prévenir et traiter la constipation qui représente plus de contraintes sur les organes et le périnée.

– Adopter la position physiologique « pieds sur un petit tabouret » aux toilettes qui est la position remettant le rectum dans un axe vertical, ce qui réduit considérablement les efforts de poussée délétères.

– Lors de tous les efforts de poussée (toux, rire, éternuement) prendre l’habitude d’expirer en rentrant le ventre pour remonter le périnée pour assurer une base solide.

– La rééducation périnéale est remboursée en France par la Sécurité Sociale après l’accouchement, mais le périnée peut se mobiliser tout le temps par des exercices simples et une prise de conscience.

– Après l’accouchement, le bassin est très détendu par les hormones et le passage mécanique du bébé donc, le périnée est fragilisé: prendre des temps de repos allongée, resserrer le bassin par une ceinture adaptée, et consulter votre ostéopathe pour faire un bilan global de la mobilité de la zone du petit bassin.

 

Vous souhaitez aller plus loin sur le périnée ? Nous vous conseillons de poursuivre avec cette vidéo.

Laissez un commentaire