Ostéopathie et troubles digestifs chez le sportif d’endurance

Classé dans : Le saviez vous ? | 0

Les troubles digestifs représentent une des causes principales des abandons lors des courses d’endurances. D’après la physiologie et pendant un effort physique, nous constatons que ces troubles ont de multiples origines : mécaniques, hémodynamiques, neurologiques et alimentaires. De ce constat, l’Ostéopathie et ses concepts nous permettent d’évoquer des hypothèses de traitements, suivant la même trame de départ, mais adaptés en fonction des patients.

Bref rappel anatomique et absorption intestinale

L’intestin grêle est l’organe le plus long du tube digestif, et se décompose en trois parties (le duodénum, le jéjunum et l’iléum. L’essentiel de sa vascularisation est assurée par le pédicule mésentérique supérieur au travers d’un tissu, le mésentère (repli péritonéal).

La longueur et la disposition en replis de l’intestin grêle lui confèrent une grande surface d’échanges, mais c’est à une échelle microscopique que l’on observe réellement l’immense étendue de la muqueuse intestinale. L’absorption intestinale se définit par le passage des nutriments de la lumière intestinale vers le milieu interne à travers la muqueuse intestinale très dense en enthérocytes. Cette traversée peut s’effectuer via divers mécanismes, et c’est à ce moment que certains dysfonctionnements peuvent apparaître, créant une hyperperméabilité intestinale et donc des troubles digestifs.

vascularisation-intestinale

Hyperperméabilité intestinale pendant le sport, de quoi s’agit-il ?

28-single-default

L’hyperperméabilité intestinale se traduit par un passage non physiologique de molécules pathogènes et/ou inflammatoires du tube digestif vers les compartiments internes. Ce phénomène est dû à un défaut d’étanchéité de la muqueuse, pouvant être causé par différentes origines (alimentaires, oxydatives, etc), et accentué par l’activité physique qui présentera une physiologie différente au niveau mécanique, hémodynamique et neurologique.

A cause de ce passage indésirable de molécules dans la circulation générale, l’hyperperméabilité de l’intestin grêle va avoir un certain nombre de répercussions au niveau digestif.

L’intérêt de l’abord viscéral ostéopathique préventif sur les troubles digestifs

Ce sujet m’intéressant tout particulièrement, j’ai donc étudié lors de ma thèse de fin d’étude, l’apport d’un traitement ostéopathique viscéral préventif sur ces troubles chez le sportif de longue distance ; je vous en résume les résultats ci-dessous.

En analysant leurs troubles, leurs antécédents, et après une évaluation ostéopathique, j’ai pu mettre en place un axe de traitement porté sur le viscéral. Il s’agissait bien évidemment de chercher une réponse à mon postulat de départ, il n’y a pas qu’une seule façon de soulager le patient, et nous ne le répétons pas assez : chaque patient est différent, de par son histoire passée et présente, le traitement et les agissements du praticien devront donc en tenir compte et s’adapter.

Les résultats tendent à démontrer l’efficacité de ce traitement sur l’intensité des troubles entre un groupe placebo et un groupe traité, avec pour plusieurs biais (dus aux contraintes de l’étude). Pour une plus grande efficacité, une prise en charge ostéopathique sur le long terme avec suivi du sportif sur les différents plans (tant physique, diététique, que psychique) ainsi que sur un échantillon plus grand seraient intéressants.

Pour améliorer l’état général de l’athlète, une prise en charge pluridisciplinaire sera recommandée.

Si la curiosité vous frappe et que le sujet vous intéresse, voici mon étude dans sa globalité sur ce lien.

Article rédigé par Pierre-Louis Billant – Ostéopathe D.O. chez Cycl’ostéo

Laissez un commentaire