Quand le Crossfit rencontre l’ostéopathie

Classé dans : Le saviez vous ? | 0

Peu connu sous ce nom il y a encore quelques années, le CrossFit est devenu le sport en vogue. Bon nombre de Box s’ouvrent un petit peu partout, mais en quoi consiste réellement ce sport? Pourquoi se développe-t-il aussi vite? Pourquoi l’ostéopathie se rapproche-t-elle autant de son principe de base, et pourquoi le crossfitteur a-t-il besoin d’un suivi ostéopathique complémentaire? Cet article aura pour objectif de répondre au mieux à ces questions, la seule condition pour le lire sera de réaliser 5 burpees entre chaque paragraphe ;).

 

Qu’est ce que le Crossfit

 

Il s’agit d’une méthode de préparation physique générale. Développé par Greg et Lauren Glassman il y a plusieurs dizaines d’années, le crossfit remet enfait au goût du jour les mouvements fonctionnels quotidiens (sauter, courir, soulever, se déplacer…) trop souvent délaissés.

L’entraînement se résume de la manière suivante : des mouvements fonctionnels (=globaux, naturels), variés (on ne fait jamais la même chose, chaque WOD (Workout Of the Day) est différent!), exécutés à relativement haute intensité afin de sortir de sa zone de confort et se dépasser (travail cardio en complément donc).

Comme tout sport qui se respecte, vous y trouverez également en début de WOD des échauffements, des exercices spécifiques (Skills = techniques ou strength = force). Mais plus qu’une simple méthode de remise en forme, ce qui fait la force du CrossFit, c’est la communauté et la solidarité qui unissent les personnes qui s’entraînent ensemble.

Quelque soit le niveau de chacun, tout le monde s’encourage, et cherche à devenir meilleur de jour en jour. C’est ainsi une véritable positivité qui trône en maître dans chacune des box; là est la recette miracle, car comme tout le monde le sait “Seul on va plus vite, mais ensemble, on va plus loin”!

Le Crossfit en chiffres et en images

 

 

Comme tous types de sports pratiqués de manière régulière, lorsqu’il est bien pratiqué, en conscience de son corps et de son ressenti, le crossfit est un très bon sport car ultra complet. En revanche une mauvaise pratique sera source de douleurs importantes, d’autant plus si elle n’est pas correctement encadrée. 

Cependant, du fait de l’intensité importante de ce sport, les contraintes physiques sont exacerbées, se rapprochant rapidement de celles ressenties par des sportifs professionnels de certains sports. C’est précisément dans ces cas que l’ostéopathe aura son rôle à jouer, pour prévenir les blessures avant qu’elles n’apparaissent (voir le dernier paragraphe).

Place aux chiffres

Les chercheurs définissent une blessure comme “toute douleur ou inconfort survenus au cours d’un entraînement et qui empêche alors le sportif de s’entraîner, travailler ou participer à des compétitions, et ce quelque soit la manière ou le temps d’arrêt”.

Parmi une étude qui s’intéressent au taux de blessure chez le crossfiteur on retient :

  • Sur 386 pratiquants, un taux de 19,4% de blessures.
  • Plus de blessures chez les hommes.
  • Localisées majoritairement aux épaules (~25-30%), au bas du dos et genoux.
  • La présence d’un coach fait diminuer le taux de blessures !

Ils ont pu comparer 3 modes d’entrainements et leur effet sur la formes physique (force, endurance, puissance musculaire et composition corporelle). Le premier groupe pratiquant de la musculation en autonomie, le deuxième groupe de la musculation supervisé par un coach, le troisième groupe du crossfit (donc en groupe avec coach). Il en ressort que le crossfit et le groupe de musculation supervisé présentent une amélioration générale de la forme physique supérieure au groupe sans coach. Le crossfit se différencie totalement de part le plaisir exprimé par ses pratiquants; ce résultat s’expliquant en partie par la “culture crossfit” associant forte identité / effet de groupe / défi de soi.

Le crossfit n’est PAS plus dangereux qu’un autre sport de haute intensité. Il présente les mêmes risques de blessures. 

Le facteur de diminution de blessures le plus probant est la présence d’un coach lors de l’entraînement (ce qui est toujours le cas dans les Box affiliées) ainsi qu’un suivi ostéopathique de prévention. 

La connaissance des risques, et de la localisation des blessures doit être prise en compte dans la prise en charge du sportif avec des exercices de renforcement adaptés et une augmentation des charges et de l’intensité lente et progressive.

L’essentiel sera donc de trouver une Box qui vous convient, avec une bonne ambiance et surtout de bons coach qui pourront vous encadrer comme il se doit. Un bon exemple sur Nice avec Crossfit XII que je remercie au passage pour l’accueil, et les photos! Je ne peux que recommander cette box à Nice.

Son rapport avec l’ostéopathie

 

L’ostéopathie et le Crossfit partagent certains principes:

  • prévenir plutôt que guérir
  • rechercher, trouver un certain équilibre
  • voir le corps dans sa GLOBALITE

Dans le célèbre ouvrage bien connu des crossfitteurs « Becoming a Supple Leopard », Kelly Starret dit que « l’être humain possède une immense capacité de se soigner par lui-même », ce qui reprend la philosophie d’Andrew Taylor Still, fondateur de l’ostéopathie :  » Le corps possède en lui-même la capacité de s’auto-guérir. »

Que vous soyez crossfiteur pour le plaisir ou compétiteur (ou les deux! ), une douleur lors de vos WOD peut vite diminuer vos capacités physiques globales, vous faire mal exécuter votre kipping, vos snatch ou encore deadlift. Une frustration s’installera donc car vous n’arriverez plus à améliorer vos performances, mais surtout, et sans prise en charge précoce, cette douleur pourra s’aggraver, des adaptations corporels se mettront en place et le “retour à la normal” n’en sera que plus compliqué.

On a trop souvent tendance à assimiler la santé à l’absence de maladie, alors que l’idée est d’améliorer son bien-être, de ne pas se contenter d’être seulement « pas malade ».

Il faut aller plus loin que ça, être capable de faire toutes les choses de la vie quotidienne, travailler au bureau ou porter ses enfants, sans avoir mal au dos ou aux épaules. Pour cela, le seul moyen est la prévention par l’activité physique, l’ostéopathie et la récupération.

En consultation, ou grâce aux explications anatomiques ou conseils physiologiques et posturaux, votre ostéopathe saura accompagner les sportifs débutants ou confirmés dans leur processus d’entraînement, conjointement au travail des coach dans les box, afin de vous maintenir au top physiquement parlant. 

 

 

Article rédigé par Pierre-Louis Billant – Ostéopathe D.O. – Cycl’ostéo Nice

Laissez un commentaire