Les Ventouses thérapeutiques et l’ostéopathie

Vous vous demandez peut être en quoi consiste cette nouvelle “thérapie par les ventouses” dont votre voisin vous a parlé? Pourquoi revient-il de chez son praticien avec des marques sur la peau? Est-ce douloureux, et surtout qu’elle en est l’utilité? Pas d’inquiétude, nous allons tout vous expliquer dans cet article.

La minute culture : histoire des ventouses thérapeutiques

La médecine des ventouses ou cupping thérapie a vu le jour il y a des milliers d’années. Créées par nos grands oncles en Egypte, elles ont traversé l’histoire, les continents (asiatique puis européen), pour enrichir leurs fonctionnalités.

On peut retrouver des écrits d’Hippocrate, utilisant les ventouses dans les maladies rhumatismales, les encombrements bronchiques, et certaines affections gynécologiques. 

Puis des écrits romains, arabes, et chinois, certainement les plus connus et utilisés. Voilà pourquoi l’abus de langage “ventouse chinoise” s’est mis en place. Mais redonnons aux Égyptiens, ce qui leur appartient !

Cependant, comme toutes célébrités, après être passées par de longues périodes dans l’anonymat, ces petites ampoules ont connues un regain de notoriété qu’elles n’attendaient plus.

Grâce à un certain Michael Phelps (nageur multiple médaillé olympique), elles nous font un retour en force sur le devant de la scène. Lors des Jeux Olympiques de Rio en 2016, il exhibe ces marques étranges sur les épaules, suscitant l’interrogation internationale, avant de remporter pas moins de 6 médailles olympiques (dont 5 en or).

Et là vous vous dites que c’est bien beau, mais que ça ne vous avance en rien sur l’histoire du voisin…patience, toutes les explications arrivent en suivant.

Cupping thérapie, comment ça marche ?

Il faut d’abord savoir que l’homme est un monde en miniature. Son état de santé résulte d’un équilibre très fin entre forces biologiques, énergétiques et psychiques. Quand l’individu est en phase avec ces forces, une homéostasie se crée. Son énergie, les liquides du corps et les émotions circulent alors librement dans le corps. 

Mais lorsqu’un déséquilibre apparaît, ces différents constituants se « bloquent », occasionnant des stases ou dysfonctions. Les ostéopathes, ainsi que beaucoup d’autres thérapeutes, cherchent donc ces « stases » afin de les libérer et permettre au corps de recouvrir un bon état de santé.

La ventousothérapie, communément appelée cupping thérapie à la façon anglo-saxonne, permet de proposer une alternative originale mais surtout efficace et indolore aux patients. 

La science médicale est en mesure, aujourd’hui, d’expliquer et de prouver l’efficacité de cette technique. 

Le procédé mécanique de la ventouse s’explique par la création d’un vide partiel à l’intérieur de la ventouse. Cette différence de pression devient le vecteur de mouvement des liquides, dans le sens des hautes pressions vers les basses pressions. On aura donc les tissus qui seront comme aspirés par la ventouse.

La congestion cutanée qui se met en place élimine les facteurs pathogènes. Ainsi les ventouses génèrent des micro-traumatismes contrôlés qui se manifestent par des hématomes cutanés. 

Dans de rares cas, les ventouses peuvent également occasionner des cloques qui sont le signe d’une inflammations sous-jacente. Ce n’est pas grave, c est même plutôt bon signe. Cela montre l’efficacité des ventouses sur la zone inflammée.

⇒Loin d’être une “technique de grand-mère”, les ventouses possèdent les propriétés médicales suivantes :

CIRCULATOIRE et DECONGESTIVE : La création d’une différence de pression détoxifie le corps. Les ventouses drainent les toxines de l’intérieur vers l’extérieur. Des capillaires sanguin vers les pores de la peau. En dilatant les vaisseaux sanguins, elles permettront également un dégagement de chaleur sur la zone.

ANTI-INFLAMMATOIRE : Le micro-choc généré par la ventouse provoque une décharge d’histamine, un vaso-dilatateur alvéolaire naturel qui libère les stases et permet la libre circulation des liquides. 

DECONTRACTANTE : En déprimant la peau, elles vont travailler sur les fascias et les adhérences. Elles vont de ce fait redonner de l’élasticité à la peau et une meilleure adaptation des tissus sous-jacents. La ventouse est un outil redoutable sur les cicatrices. Elles stimulent la production de collagène. Elles améliorent aussi la circulation au niveau des muscles, l’aspiration des ventouses lève les spasmes musculaires ou/et tissulaires.

ANTALGIQUE : Lors de la pose, elles génèrent une douleur transitoire (de l’ordre de quelques secondes) qui favorise la production d’enképhalines. Cette hormone est un antalgique naturel qui va endormir la douleur.

– Elle agit également sur le système neurologique. Notre peau est le reflet superficiel de ce qu’il se passe en dessous. Elle est innervée par les mêmes nerfs qui innervent les organes. Ainsi en agissant sur la peau, on agit sur les organes associés. On parle de « boucles réflexes ».

ENERGISANTE : Placées sur des points d’acupuncture, elles favorisent la libre circulation des énergies.

IMMUNO-STIMULANTE :Selon leur emplacement, elles peuvent avoir une action positive sur le système immunitaire et favoriser la production de cellules saines.

 

En bref, les ventouses ne sont pas magiques, mais permettent quand même de diminuer l’inflammation, détendre les muscles, détoxifient le corps, favoriser la cicatrisation, stimuler le système immunitaire, endormir la douleur et génèrer une sensation de relaxation et de bien-être. (Rien que ça)

 

Dans quel cas les utiliser ?

Cette médecine peut être pratiquée aussi bien sur les jeunes enfants que sur les séniors et ce, de façon indolore et efficace.

Les différentes techniques de pose des ventouses (ventouses à froid ou à chaud), demandent une connaissance et une pratique rigoureuse. 

Les champs d’applications de la médecine des ventouses sont multiples :       

  • En rhumatologie (gonarthrose, coxarthrose, lombalgie, arthralgie diverses…)
  • Migraines, céphalées, névralgies (vous pouvez également lire cet article sur l’ostéopathie et les migraines)
  • Pathologie sportive (entorses de cheville, tendinites, claquages, …)
  • En pneumologie (asthme, emphysème, bronchites, toux, problème ORL, …)
  • Au niveau du psychisme (dépression, décalages horaires et saisonniers, fatigue…)                                                                       
  • En viscéral (constipations, douleur, …)
  • Douleurs musculaires
  • Névralgie (sciatalgie, cruralgie, névralgie cervico-brachiale)
  • Etc

Plombier-Bordeaux-sourire-audace-bonne-humeur-tenue-consultation-ostéopathie

 

Pendant une séance d’ostéopathie, nous pouvons être amené à faire usage de ventouses comme outils thérapeutique de soins. En amont de la séance pour les cas très algiques, pendant ou en fin de consultation. 

Attention, il existe tout de même quelques contre-indications (ce serait trop beau sinon) :

  • insuffisance cardiaque et cardiopathie sévère.
  • Sujet hémophile
  • Chez la femme enceinte, prudence avant le 3ème mois de grossesse, et au-delà du 3e mois, pas d’application sur l’abdomen.
  • Plaies ou ulcères chroniques.
  • Phlébites
  • Tumeur malignes
  • Pas de ventouses sur l’enfant de moins de 4 ans.

 

Les ventouses que nous utilisons :

Il existe différentes techniques de pose et d’utilisation des ventouses (ventousothérapie sèche, humide, à chaud, à froid, etc). Dans notre cas, on vous rassure, aucune entaille, nous utilisons des ventouses dites «sèche à froid ». Elles sont posées sans flamme, en utilisant une pompe qui vient créer le vide à l’intérieur de la ventouse. Il n’y a de ce fait pas de risque de brûlure pour les plus inquiets.

 

Si vous souhaitez en utiliser plus régulièrement, il peut être intéressant d’avoir votre propre matériel. Après avoir testé plusieurs marques, la team Cycl’ostéo s’est arrêtée sur le pack de ventouse Hansol ci-joint (meilleur rapport qualité/prix selon nous). Vous le retrouverez à l’achat en suivant ce lien.

Et si vous tombez amoureux de cette pratique, nous vous conseillons tout de même de vous documenter : “La médecine des ventouses par Daniel Henry”

Le temps de pose pourra varier selon le motif et l’effet recherché, allant de 5 à 20 minutes.

Pour finir (après vous saurez tout sur les ventouses), parlons des fameuses marques…

En favorisant la circulation sanguine, les ventouses créent des hématomes qui peuvent être un peu douloureux pendant les deux à trois jours qui suivent la séance. 

Les marques provoquées par les ventouses peuvent être considérées comme des micro lésions contrôlées qui par la suite favoriseront la cicatrisation des tissus. Elles peuvent rester visibles pendant plusieurs jours, parfois quelques semaines. 

PAS D’INQUIETUDE à avoir : Les ventouses ne laissent jamais de traces définitives.

 

Sur ce, à vos ventouses, prêt, feu, aspirez

 

Article rédigé par Pierre-Louis Billant – Ostéopathe D.O. – Cycl’ostéo Nice

2 Responses

  1. Sophie billant

    Bonjour pierre Louis,

    je suis une adepte des ventouses que mon kiné utilise pour mes vieilles douleurs
    En cette période de confinement avec une fessalgie aigüe depuis 3 semaines est ce que je peux mettre des ventouses moi-même

  2. Pierre-Louis BILLANT

    Bonjour Sophie,

    La réponse est “oui bien sur”! On peut tout à fait utiliser les ventouses et se les mettre seul pour venir relâcher les zones en tensions. Dans le cas d’une fessalgie, ce ne sera pas le plus évident au vue de la zone à traiter, difficile d’accès, mais c’est loin d’être mission impossible.

    En ces temps de confinement, associées à quelques étirements, et du chaud, cela pourra grandement soulager la douleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *